Homélie – Dimanche 23 mai 2021

Dimanche 23 mai 2021

Pentecôte

   Chez les Juifs, la fête de la Pentecôte rappelle le don de la Loi fait par Dieu à son peuple au mont Sinaï. Cette Loi fait renaître le peuple de Dieu, un peuple soudé par une règle de vie, un code de la route : les dix commandements. La Pentecôte chrétienne réalise ce que l’Ancien Testament ne faisait encore qu’esquisser.

   Le récit des actes apôtres est marqué par un coup de vent, des langues de feu et se termine par une communication plurilinguistique. Nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. Malgré l’extrême diversité des gens issus de toutes les nations qui sont sous le ciel, plus de barrières entre eux, ils se comprennent chacun dans sa propre langue. Il ne s’agit pas d’un délire verbal, insensé. C’est l’Esprit Saint qui fait que la Bonne Nouvelle atteint tous les hommes, dans leur culture, leurs aspirations, leur langage. Cf Prière sacerdotale : « Que tous soient un… » L’universalité du message de Jésus se veut irrésistible.
   C’est ainsi qu’a commencé l’aventure missionnaire de l’Eglise, témoignant de l’évangile auprès de tous les hommes sans distinction. Aujourd’hui, quelle langue universelle permettrait-on pour se comprendre chacun dans sa propre langue ? C’est la langue de l’amour. Dieu est Amour. Celui-ci est l’outil que nous devons utiliser dans nos rapports avec nos frères et sœurs, dans l’œcuménisme ou dans le dialogue inter-religieux.

   Quel lien entre le don de la Loi et le don de l’Esprit ?

   Si l’Esprit Saint a été donné de façon bien visible à la première communauté chrétienne ce jour-là, c’est pour indiquer que désormais la loi de Dieu est une loi inscrite au fond des cœurs, et aussi qu’elle est une norme qui n’est pas d’abord un texte sans vie, mais une personne bien vivante qui parle aux cœurs de disciples de Jésus et qui les guide.

   En effet, Jésus appelle l’Esprit Saint : le défenseur, parce qu’il sait bien qu’il ne peut laisser ses disciples orphelins. Lui, il retourne avec joie auprès du Père, mais il n’est pas sans inquiétude pour ses disciples : tellement d’embuches et d’erreurs se dresseront sur leur chemin. Ils auront donc besoin d’un défenseur, d’une lumière. C’est pourquoi, Jésus leur envoie l’Esprit Saint, dont le rôle est de nous faire entrer, puis avancer, dans la compréhension de son Evangile. Car, l’Esprit Saint actualise sans cesse, au cours des générations des croyants l’enseignement du Christ. L’Esprit continue l’œuvre commencée par Jésus et nous rend aptes à témoigner à notre tour de Jésus.

   Ceux qui se laissent conduire par l’Esprit n’obéissent plus à leurs tendances égoïstes. En tout être humain l’ego (exprimé par le mot chair) cherche à s’imposer au détriment de fruits de valeur comme l’amour, la joie, la paix, la bonté, la patience, la bienveillance, la fidélité, la douceur et maîtrise de soi. Si l’Esprit Saint est en nous, comment voulez-vous que nous produisions des mauvais fruits comme ceux énumérés par Saint Paul ?

   Laissons l’Esprit Saint pénétrer nos cœurs.

 

Père Claude Nzas