Homélie – Dimanche 9 mai 2021

   Les textes d’aujourd’hui parlent de l’amour dont Dieu nous aime et dont nous devons nous aimer les uns les autres. Ils sont faciles à commenter, mais très difficiles à mettre en pratique.

   Rappelons que la 2ème lecture est la suite du texte du dimanche dernier
(N’aimons pas en paroles, ni par des discours, mais en actes), tout comme
l’évangile est la suite de la parabole de la vigne où le verbe demeurer revient plusieurs fois.

   Ces deux textes, la 2ème lecture et l’évangile, nous dévoilent plus explicitement la source de cet amour qui est la caractéristique fondamentale de l’Eglise du Christ. L’amour vient de Dieu, dit Jean, parce que « Dieu est amour ». L’amour constitue l’être même de Dieu. Pas étonnant que c’est Dieu qui nous a aimé le premier, avant que nous puissions en retour le payer de notre amour. La preuve suprême de cet amour éternel de Dieu pour nous, c’est l’envoi de son Fils pour réparer la brèche ouverte par nos fautes et pour nous faire participer à sa vie. Il faut vraiment que quelqu’un ne connaisse pas Dieu pour ne pas être capable d’aimer, pour laisser l’égoïsme et même la méchanceté prendre dans son cœur la place de l’amour. Si nous prétendons connaître Dieu et être ses enfants, il nous faut aimer ceux et celles qui, comme nous et avec nous, sont enfants de Dieu. Il faut nous aimer les uns les autres, retourner à Dieu son amour sous la forme de l’offrande de l’amour de nos frères et sœurs.

   L’évangile nous dévoile la source où St Jean a puisé sa doctrine de l’amour (développée dans ses lettres). Si St Jean a pu déclarer : Dieu est amour, c’est parce que Jésus avait dévoilé à ses disciples le mystère de l’amour qui unit le Père et le Fils. Il a révélé qu’il nous aime du même amour que son Père l’aime. En effet, pour nous dire et ns redire le désir fou qui habite son cœur, et surtout pour nous le faire comprendre, Jésus utilise une analogie : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés… Demeurez dans mon amour comme j’ai gardé les commandements de mon Père et je demeure dans son amour. » (Vous retrouvez là l’accent du texte de la parabole de la vigne).

   L’amour que Jésus offre aux hommes s’enracine dans l’amour du Père pour son Fils. De même, l’amour que nous nous portons mutuellement trouve sa source en Jésus. Comment faire pour demeurer dans cet amour du Christ ? En gardant ses commandements. Encore une fois, les commandements sont dépeints par Jésus comme le chemin de bonheur. Si vous gardez mes commandements, dit-il, vous demeurerez dans mon amour et ma joie sera en vous, vous en serez même comblés. Jésus résume ses commandements en un unique précepte : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». Alors pour ceux qu’on aime, on n’hésitera pas de donner sa vie : « Il n’y a pas de plus grand… ». Notre amour doit s’inscrire dans la foulée de celui de Jésus qui est allé jusqu’aux confins de l’amour, «donner sa vie pour ses amis». Devant une telle exigence chrétienne, comment ne pas oser déclarer avec St Pierre : «Dieu ne fait pas de différence entre les hommes !» Parce que tous les hommes sont enfants de Dieu.

 

Père Claude Nzas